LES TROIS LIVRES DE JÉSUS
AU SERVICE DE L'EGLISE EN AFRIQUE

Colloque au Bénin 2013,
Initiative de Mgr Adoukonou, financée par la Fondazione Vaticana et soutenue par le Conseil pontifical de la Culture, la Conférence épiscopale du Bénin et la Fondation Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. soutenu par du personnel

Sur la trilogie de Jésus par Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI.  

 

 

 

 

 

 

 

"Évangéliser l'âme de l'Afrique au plus profond" (Africae munus, 91)

Les livres de Jésus du Pape Benoît XVI. au service de l'Eglise en Afrique

Quand nous sommes venus le soir du 13 septembre  a marché sur le sol africain après l'atterrissage, un air tropical lourd, humide et lourd nous a frappés au visage. Il faisait déjà nuit. Dans le petit hall d'arrivée, les gens se pressaient autour des valises, des passeports et des visas d'entrée. Afrique - Afrique de l'Ouest - Bénin : Un petit pays avec une étroite bande côtière, où les premiers missionnaires sont arrivés il y a seulement 150 ans pour prêcher « l'Évangile du Christ, Fils de Dieu » (Mc 1,1). Nous avons été autorisés à suivre leurs traces. Mgr Barthélémy Adoukonou, secrétaire du Conseil pontifical pour la culture, avait des membres du groupe étudiant et du nouveau groupe étudiant Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. Invité avec des théologiens belges et français à lire les livres de Jésus du Pape dans un contexte africain et à en développer divers sujets dans un colloque scientifique. Un grand nombre de prêtres du Bénin, de professeurs d'université de diverses disciplines, d'avocats et de psychologues, de recteurs de séminaires, de séminaristes et étudiants en théologie, de religieuses et de laïcs intéressés du Bénin et des pays voisins d'Afrique de l'Ouest ont accepté l'invitation de Cotonou au « Centre de Recherche et Spiritualité".

L'Afrique en l'année de la foi ! Le Bénin, à l'origine de la religion traditionnelle du vaudou, avait une nouvelle fois ouvert le cœur au Christ, comme le montre clairement le monument de l'ancien port négrier jouxtant la porte du non-retour à Ouidah. Dans la " Porte du Salut " conçue comme un mur comme le monument aux esclaves, l'ouverture de l'Evangile a pris les contours géographiques du Bénin. Ici, où autrefois des milliers et des milliers d'esclaves étaient expédiés impitoyablement et cruellement dans les conditions les plus inhumaines, les premiers missionnaires ont débarqué au Dahomey, l'actuel Bénin, en 1861. Dans le relief de la façade du monument avec vue sur l'océan Atlantique, dix rayons jaillissent du symbole céleste de la Très Sainte Trinité. Cela correspond à dix mains tendues des personnes représentées dans la zone inférieure du portail, qui attrapent les rayons. Aucun rayon n'est perdu, tout l'évangile, la Torah pure du Nouveau Moïse, a été repris au Bénin et traduit dans sa propre culture.

Ce n'est pas pour rien que Mgr Adoukonou se consacre inlassablement au thème de l'inculturation et a même fondé le mouvement du Sillon Noir ("Sillon noir", ou plus librement traduit "culture africaine"), à partir duquel est née une communauté à part qui prend le nom de Notre Dame de l'inculturation porte : "Notre Dame de l'Inculturation". Le souci du mouvement d'inculturation est de reprendre des éléments précieux de la religion traditionnelle et de les inculturer dans la vie chrétienne, tels que les danses et chants traditionnels avec leurs rythmes et instruments. Ce faisant, Adoukonou prend de plus en plus conscience qu'il s'agit finalement d'une conversion au plus profond du cœur. Il ne suffit pas de christianiser simplement les éléments traditionnels. Si l'Église en Afrique se considère comme la famille de Dieu, mais que les tribus se battent toujours contre d'autres tribus (comme la triste réalité du conflit sanglant entre les membres des tribus Hutu et Tutsi au Rwanda), la croyance unificatrice au Christ n'est pas pourtant assez profondément a pénétré les cœurs, n'a pas encore pleinement développé son pouvoir de transformation et de renouvellement en Afrique.

Mais comme en Europe, bien que dans des circonstances différentes, une nouvelle évangélisation est nécessaire ici aussi. Les influences du Vodun, auquel appartient 50% de la population, sont encore très fortes. Dans la ville portuaire historique de Ouidah, le centre religieux de Vodun, un jeune Africain, qui s'était positionné devant l'église catholique face au traditionnel temple du serpent, a demandé à nos compagnons africains qui il était : « Je suis un Fils du Temple du Python !" La croyance en Jésus-Christ doit s'affirmer contre le culte des ancêtres et d'autres pratiques magiques. La peur d'être maudit, le pouvoir du défunt et le souci d'être adoré comme une petite idole après la mort, affligent les chrétiens. C'est pourquoi le sujet de l'inculturation est si important ici. Un professeur d'université nous a expliqué : « Je ne veux pas être vénéré comme une divinité dans mon village après ma mort ! C'est pourquoi je dois maintenant militer pour l'inculturation de l'Évangile.

En plus du problème des religions traditionnelles, la lutte de la vieille église pour la bonne foi se répète dans la jeune église au Bénin. Qui est Jésus-Christ, qui est le Saint-Esprit et comment les deux sont-ils liés ? Après qu'un prêtre catholique ait guéri une femme paralysée des deux jambes il y a deux ans, elle s'est considérée comme l'incarnation du Saint-Esprit. Les parallèles au manichéisme avec son fondateur Mani, qui se considérait comme l'incarnation du Paraclet, sont évidents. Au Bénin, un nouveau groupe hérético-schismatique s'est réuni autour de la femme guérie : l'Église catholique privée Banamé (Église catholique privée de Gbanamé), à laquelle des milliers de catholiques - prêtres, religieux et laïcs - ont adhéré. Pourquoi? D'où vient la fascination pour cette secte ? Si le Saint-Esprit, dit le peuple, s'incarne ici dans notre pays, au Bénin, alors nous devons le soutenir !

Il nous est devenu de plus en plus clair à quel point l'initiative théologique de Mgr Adoukonou était importante, financée par la Fondazione Vaticana et soutenue par le Conseil pontifical de la culture avec le patronage du cardinal Ravasi, la Conférence épiscopale du Bénin et la Fondation Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI . était soutenu par du personnel. En préparation du symposium, du 16.-18. Septembre a organisé trois journées intensives de lecture (conférence guidée) au "Centre de Recherche et Spiritualité" avec cinq unités d'une demi-journée sur divers thèmes des livres de Jésus. Répartis en deux groupes, les quelque 50 participants ont étudié sous la direction du Père Jacques Servais de Rome et les membres des groupes étudiants de Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. (P. Stephan Horn et Michaela C. Hastetter) après les introductions théologiques, des chapitres individuels des trois volumes, qui ont ensuite été discutés et approfondis ensemble par la suite. Des questions herméneutiques ont été abordées, mais aussi des aspects liés au contenu tels que la question des miracles, de la mort et de la résurrection, les Béatitudes, l'image johannique de l'eau, mais aussi des thèmes généraux tels que l'éveil et l'éveil.

Le colloque théologique, qui avait été annoncé comme « Colloque international sur les trois tomes de Jésus de Nazareth de Joseph Ratzinger », a poursuivi le sujet pour un public plus large du 18 au 22 septembre. Les conférences portaient principalement sur une discussion théologique des livres du Pape sur Jésus, mais aussi sur d'autres aspects de sa théologie sur la politique et la société : Comment Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. dans ses livres de Jésus les Saintes Ecritures, avec laquelle herméneutique il ouvre l'Evangile (JP Sonnet, O. Arthus), quelle place l'Esprit Saint a-t-il dans son œuvre et surtout dans les livres de Jésus (MC Hastetter), comment est sa spiritualité compris et comment interprète-t-il les Béatitudes (St.O. Horn), dans quelle mesure l'échange et la fraternité sont-ils un aspect de l'ecclésiologie de communion du Pape (J. Servais), quelle est la relation entre la prière de Jésus et les déclarations christologiques façonnés dans les livres de Jésus (J. Pech) et quelles implications des livres de Jésus pour l'État et la politique (F. Louzeau, C. Ohly) - autant de questions auxquelles les conférences individuelles du symposium ont tenté de donner une réponse. Dans l'après-midi, les unités thématiques des conférences pour le contexte africain ont été discutées et approfondies et poursuivies sur la base de discours-programmes de théologiens et de laïcs africains.

A l'ouverture du symposium le 18 septembre 2013, des représentants de haut rang de l'Église étaient présents et se sont adressés aux participants : le Nonce Apostolique Mons. Brian Udaigwe, le secrétaire du Conseil Pontifical pour la Culture Mgr. Barthélémy Adoukonou, Administrateur Apostolique des Diocèses Proto-Novo Mons. Jean-Benoît Gnambodè, Vicaire général de l'archidiocèse de Cotonou le P. Philippe Kinkopn, le Pr Albert Tévédjè, Médiateur de la République et le P. Edouard Adè, Chef du Centre d'inculturation et de spiritualité de Cotonou. Le colloque scientifique s'est tenu dans deux paroisses différentes à Cotonou avec un St. Foire commencée et terminée. Des chœurs avec des chants traditionnels dans la langue maternelle Fon donnent de la musique aux services religieux qui nous ont donné, à nous Européens, une expérience existentielle du thème de l'inculturation en Afrique. Dans les sermons, le peuple de Dieu a pris part à notre échange d'idées, qui avait conduit au centre de la foi, à Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu. Dans son homélie d'ouverture du colloque, Mgr Adoukonou a exhorté : « Nous devons sortir de nos particularismes pour nous ouvrir à l'ascension vers le Dieu vivant et vrai ». A la fin de la semaine intensive d'étude, un jeune Africain qui étudie actuellement la théologie à Rome a regretté : "C'est dommage que cet événement n'ait pas duré deux semaines, alors nous aurions pu rencontrer encore plus le Christ."

En repensant au séjour de onze jours au Bénin sous le ciel profondément nuageux et presque entièrement gris avec lequel le pays regardait vers la saison des pluies, nous ressentons tous une grande gratitude : La lecture et l'étude des livres de Jésus par Joseph Ratzingers / Pape Benoît XVI . La rencontre avec une église africaine très jeune et dynamique, qui nous a accueillis si chaleureusement et nous a fait participer à sa culture vivante, a fait de nous, Européens, les destinataires. Des amitiés avaient été nouées, des e-mails échangés et des plans pour d'autres journées d'étude Ratzinger en Afrique avaient été élaborés. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont contribué au succès de cet événement de l'Année de la Foi à Cotonou.

Michaela C. Hastetter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Joseph Ratzinger / Fondation Pape Benoît XVI

Benin_2013_01.jpg