HERMÉNEUTIQUE DU DEUXIÈME CONSEIL DU VATICAN

Rencontre des groupes scolaires à Castelgandolfo 2010

Herméneutique du Concile Vatican II

 
 

 

 

 

 

 

Rapports
 

Groupe d'étudiants

Rencontre scolaire à Castelgandolfo avec le Pape Benoît 2010

La rencontre du groupe étudiant avec le Pape Benoît fin août 2010 à Castelgandolfo est certainement l'une des plus fructueuses de son histoire. Son sujet « Herméneutique du Concile Vatican II » touche le nerf des difficultés de l'Église catholique aujourd'hui : Comment le Concile doit-il être interprété et traduit dans la vie s'il veut conduire l'Église vers un bon avenir ? Avec le consentement du Pape, le groupe a pu agir comme conférencier Dr. Kurt Koch, alors évêque de Bâle, est devenu archevêque le 1er juillet  Successeur du cardinal Walter Kasper à la direction du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens.

Dans une première conférence « Le Concile Vatican II entre tradition et innovation », Mgr Koch a présenté les lignes de base d'une saine interprétation (herméneutique) du Concile. D'une part, cela signifiait qu'il ne devait pas être compris comme un nouveau départ radical pour l'Église. Dans la lignée du pape Benoît, il a rejeté une « herméneutique de la rupture » et donc une interprétation qui voit une « discontinuité brisée » dans le Concile et l'interprète ainsi comme une rupture avec la tradition et un nouveau départ radical.  En revanche, il rejette une interprétation selon laquelle le concile au sens d'une continuité « non historique »  est lu; où elle n'est comprise et acceptée qu'à la lumière du passé, de sorte que les éléments d'un approfondissement et d'une nouvelle appropriation de la tradition sont effacés et écartés. Par rapport à ces extrêmes, il justifie l'idée qu'il faut partir d'une « herméneutique de la réforme » (Benoît XVI.) : De la conception d'une continuité vivante, qui signifie en même temps réforme.

Une deuxième conférence de Mgr Koch portait sur la liturgie. Il y procédait de la constitution dogmatique du concile sur la liturgie : « Sacrosanctum Concilium et la réforme liturgique post-conciliaire ». Entre autres choses, il a expliqué les paroles du pape Benoît sur la tâche de "réformer la réforme". Elle ne doit pas signifier un retrait de la réforme liturgique post-conciliaire, mais une nouvelle étape d'appropriation, qui comprend également une révision critique de la période post-conciliaire antérieure et une tentative d'approfondissement. Ça va -  par exemple dans l'interprétation de la "participatio actuosa" (participation active) à la liturgie - pour une compréhension plus authentique de ce que le concile entendait, à savoir pour la pleine participation intérieure de tous les croyants. Mgr Koch, comme le pape Benoît, a également plaidé pour un approfondissement spirituel, pour un nouveau mouvement liturgique. Les conférences ont été suivies d'une conversation animée qui s'est poursuivie après la deuxième conférence après que le pape Benoît eut dit au revoir.

Le lendemain, dimanche, le Pape Benoît a célébré l'Eucharistie avec le groupe d'étudiants et le nouveau groupe d'étudiants au Centro Mariapoli. Le cardinal Schönborn a prononcé l'homélie.
Après le petit-déjeuner ensemble, le professeur Peter Kuhn a présenté au saint-père le nouveau livre "Conversation sur Jésus", qu'il avait publié au nom de la Fondation Joseph Ratzinger Pape Benoît XVI. Le livre, qui vient d'être publié par Mohr Siebeck, contient les conférences et discussions de la conférence du groupe d'étudiants à Castelgandolfo en 2008 et est comme "une charnière" entre le premier et le deuxième tome qui sera bientôt publié de Jésus du Pape Benoît XVI. livre. Dans ses remerciements, le Pape Benoît a rendu hommage aux conférenciers de la conférence 2008, en plus du professeur Peter Stuhlmacher, et surtout au grand théologien protestant Martin Hengel, décédé depuis.

Vendredi, le groupe d'étudiants est entré dans un échange d'expériences sur les effets et la fécondité du Concile Vatican II. Deux couples du groupe étudiant, Dr. Roman Angulanza et Mme Marianne Angulanza ainsi que Dr. Josef Zöhrer et Mme Gisela Zöhrer ont rapporté leurs expériences dans un large horizon, le P. Alex Thannippara (Inde) et le P. Stephan Horn ont parlé de leurs expériences dans le domaine de la vie religieuse.

Au cours de la dernière semaine d'août 2011, la nouvelle évangélisation a été considérée et suggérée par le groupe d'étudiants comme thème d'une autre rencontre du groupe d'étudiants avec le Pape et le nouveau groupe d'étudiants à Castelgandolfo. Le thème de la nouvelle évangélisation a été confirmé par le pape Benoît.

P. Stéphane Otto Horn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Michael Hofmann

 

Nouveau groupe d'étudiants

 

Discussion sur l'interprétation correcte des textes du Concile Vatican II

Après le nouveau groupe d'étudiants Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. En avril 2010 lors de la rencontre annuelle de Graz, l'ecclésiologie dans l'œuvre de Joseph Ratzinger a fait l'objet du numéro du 27.-30. Août 2010 la question de l'herméneutique du Concile Vatican II au centre de la discussion. La rencontre à laquelle le groupe d'étudiants Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. que les jeunes savants avaient également invités cette année, s'est de nouveau déroulée à la place de la résidence d'été papale à Castel Gandolfo (Italie) et s'est inscrite dans les discussions théologiques régulières du Saint-Père avec ses anciens élèves.

Le centre de ces conversations, au sujet duquel la Neue Schülerkreis s'est penchée, était l'interprétation et la réception du Concile Vatican II (1962-1965). L'orateur principal de la conférence de deux jours était le nouveau président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, l'archevêque Kurt Koch de Bâle.
Avec l'ajout de quatre nouveaux membres, la Neue Schülerkreis ne se compose pas seulement pour la première fois de théologiens. L'inclusion d'un philosophe et d'un politologue montre clairement que le travail de Joseph Ratzinger va bien au-delà de la discussion interne à l'église. Cela est devenu particulièrement clair lors des unités de travail du samedi. À l'aide de textes primaires de Joseph Ratzinger, la conférence des jeunes scientifiques a abordé la question de la continuité et de la discontinuité de l'enseignement de l'Église avec et après le Concile Vatican II et, dans ce contexte, a également discuté largement le problème de la relation de l'Église avec le monde (moderne) . La base de la discussion était un discours de Benoît XVI. au Collège des Cardinaux et au personnel de la Curie Romaine lors de la Réception de Noël 2005.

Déjà vendredi soir, il y avait eu une introduction au sujet et un échange personnel lors d'une réunion avec les membres du groupe d'étudiants et l'archevêque Kurt Koch. Après la célébration de la Sainte Messe avec le Pape Benoît XVI. et un petit-déjeuner commun le dimanche matin, après la prière de l'Angélus, les membres du Cercle des nouveaux étudiants ont eu l'occasion de faire un bref rapport au Saint-Père visiblement ravi de leur propre travail. L'après-midi a eu lieu une autre réunion de travail commune entre les deux groupes d'étudiants. L'archevêque Kurt Koch et le cardinal Christoph Schönborn de Vienne ainsi que l'évêque auxiliaire de Hambourg Hans-Jochen Jaschke ont rendu compte d'une part des discussions théologiques du groupe d'étudiants avec le Saint-Père la veille et de leurs propres expériences avec Vatican II. Dans ce contexte, le P. Prof. Dr. Vincent Twomey SVD (Irlande).

En plus du travail réel lié au contenu, les jeunes scientifiques ont eu l'occasion de discuter et d'échanger des idées avec les membres du groupe d'étudiants sur leurs propres projets. Que cela ait été et soit encore fructueux dans le passé n'est pas seulement démontré par le fait que le premier des membres du New Student Circle de Castelgandolfo qui n'avait pas reçu de doctorat à l'époque a pu rendre compte de la soumission de sa thèse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et texte : Manuel Wluka

CG_2010_08.JPG