L'EUROPE ET SA CRISE SPIRITUELLE

Rencontre des groupes étudiants à Castelgandolfo 2016


L'Europe et sa crise spirituelle
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rapport
 

Pour la huitième fois, le New Student Group Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI s'est réuni. avec le groupe d'étudiants du Pape émérite à la rencontre annuelle centrale à Castel Gandolfo. Radio Vatican et d'autres médias catholiques en ont parlé en temps opportun. Le Neue Schülerkreis est reconnaissant d'avoir pu réaliser le programme complet avec le Schülerkreis pour la première fois. Ainsi, cette rencontre a été clairement marquée par une convergence toujours croissante des deux groupes d'étudiants. L'emploi du temps chargé du cardinal Schönborn a permis une courte visite aux groupes d'étudiants. Le protecteur du nouveau groupe étudiant, le cardinal Koch, a ouvert la conférence avec St. messe et a participé à toute la réunion.

Le pape émérite Benoît avait choisi l'Europe et sa crise spirituelle comme thème de la conférence - comme on le sait, un problème qui lui tient particulièrement à cœur.

Avec l'avocat américain Prof. Joseph HH Weiler (né en 1951), président de l'« Istituto Universitario Europeo » de Florence, et l'évêque à la retraite de Graz-Seckau Dr. Egon Kapellari (né en 1936) a de nouveau donné des orateurs de premier ordre. Reconnaissables sur la base de décennies de réflexion et d'expérience à différents niveaux, ils ont rendu compte avec compétence et précision de la situation en Europe et dans l'UE.

 

Prof. Dr. Weiler a laissé de côté son manuscrit de discours préparé et a pu nous inspirer avec un discours totalement libre en anglais. Dans son analyse de l'état de l'Europe, il ne fait pratiquement aucune référence à l'UE en tant qu'autorité politique, mais se concentre sur ce qui est propre au continent en tant que tel. Weiler a commencé avec le « suicide démographique » de l'Europe, qui était l'expression d'une crise spirituelle de sens. Il n'y a plus de confiance dans l'avenir, et de plus en plus de pensées égoïstes se déplacent vers le centre. Le philosophe y voit une conséquence directe de la situation après la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, des termes comme patriotisme ont eu des connotations négatives et la pensée mercantiliste a pris le dessus, dans laquelle les citoyens se considèrent comme des « clients d'une coopération » et les élections comme une sorte de réunion de propriétaires. Les droits sont revendiqués et agis politiquement, il n'est plus question d'obligations. Les droits deviendraient une fin en soi et se videraient intérieurement.  Le concept d'« identité », qui est aujourd'hui en crise, était important pour le professeur Weiler. Comme une erreur, il a critiqué l'idée répandue selon laquelle toute différence serait perçue comme une discrimination. Il a souligné avec insistance l'« âme » de l'Europe, son identité permanente et absolument nécessaire : Elle ne consiste pas seulement dans la philosophie et l'anthropologie de la Hellas et dans le concept juridique de la Rome antique, mais aussi, à partir de là, dans le rôle primordial du Judeo -Tradition chrétienne.  Ces racines ont donné naissance à l'Europe sous la forme qui lui est propre. Weiler a souligné l'Europe comme une « communauté de destin » qui doit être redécouverte.

Les déclarations de Weiler sur l'importance fondamentale du christianisme étaient étonnantes et fascinantes, notamment en raison du fait que Weiler est un juif fervent et pratiquant, comme l'a souligné à juste titre le pape Benoît lors d'une réunion avec 16 membres sélectionnés des deux groupes d'étudiants dans les jardins du Vatican. . Les catholiques em. Le pape et le professeur juif partagent expressément et sensiblement la plus haute estime mutuelle.

 

Mgr Kapellari a présenté un "diagnostic général, historique et ecclésiastique" de la situation en Europe. Avec Blaise Pascal et Benoît XVI. Il a exigé pour l'Europe, entre autres, une vie et une pensée selon l'hypothèse que Dieu existe. Une Europe fondée uniquement sur des principes juridiques et fondés sur le marché ne peut pas survivre. L'image du « sel dans la soupe » illustre de manière impressionnante à quel point les minorités comme le christianisme peuvent être fortes. Avec Markus Danner, il a lancé un appel : Cela dépend de vous ! Face à la question pratique du mouvement migratoire, Mgr Kapellari a plaidé pour un « idéalisme réaliste » qui ne se confond pas avec les règles du « politiquement correct » bien intentionné. Avec le juge constitutionnel fédéral a. D. Udo di Fabio il a souligné qu'un État a besoin de contrôler ses frontières, la composition de la population et sa propre autorité étatique. L'évêque a rappelé l'arrière-plan chrétien de l'UE et a appelé les évêques à faire preuve d'une solidarité critique. Il a traité séparément les questions de la protection de la vie. Il s'agit de donner une âme à l'Europe.

 

Le samedi a été consacré à la discussion : A la demande du Pape émérite, le Groupe Ecole Nouvelle se dotera de la structure extérieure d'une association. En raison de son histoire différente, il n'avait pas besoin d'une telle structure pour le groupe d'étudiants. A cet effet, le Cardinal Koch a élaboré des statuts avec des experts, dont les em. Le pape a expressément approuvé. Ces statuts ont d'abord été séparés dans les deux groupes d'étudiants puis discutés ensemble. Sur la base des améliorations développées conjointement, le souhait du Pape émérite doit maintenant être progressivement mis en œuvre.

Les rapports et les discussions sur diverses conférences Ratzinger à travers le monde ont apporté d'autres informations, par exemple l'intérêt croissant non diminué des chrétiens méthodistes et orthodoxes et des théologiens pour la pensée de Joseph Ratzinger.

Le lieu de la résidence d'été des Papes avec son climat un peu plus frais par rapport à la Ville éternelle correspondait au climat harmonieux de la rencontre et la favorisait.  Les discussions théologiques se terminaient souvent le soir par une glace sur la place devant la résidence d'été des Papes.

 

P.Dr. Daniel Eichhorn FSSP / Licencié Sven Leo Conrad FSSP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé des présentations de la rencontre des groupes d'étudiants du Pape émérite Benoît à Castelgandolfo 2016

 

L'évêque émérite de Graz-Seckau, Dr. juré. Egon Kapellari et Joseph H. H Weiler, professeur de droit international et européen à la faculté de droit de l'Université de New York et président de l'Institut universitaire européen de Florence. Les deux personnalités se sont fait un nom dans le passé et le présent sur les questions d'identité et d'avenir de l'Europe. Joseph HH Weiler voit le principal problème de l'Europe contemporaine principalement dans l'exclusion délibérée des racines judéo-chrétiennes dans l'autodéfinition de l'Europe en faveur d'un accent unilatéral sur l'héritage laïc, qui identifie l'espace public presque exclusivement avec l'État .

Mgr Egon Kapellari met l'accent dans sa conférence sur l'avenir de l'Europe sur l'attitude d'un idéalisme réaliste façonné par l'espérance chrétienne : l'Europe a un avenir pour lequel il vaut la peine de travailler, mais cette attitude et la politique qui en découle doivent toujours être fondées sur les conditions réelles et possibilités.

Les textes suivants donnent le résumé des deux intervenants à la fin de leurs propos.

 

Extrait de la présentation de Mgr Egon Kapellari :

Anciens et nouveaux défis pour les chrétiens sur le chantier de l'Europe

La croissance de l'unité dans les dimensions mondiales et en particulier en Europe était et est une préoccupation particulière des Papes non seulement depuis, mais surtout depuis le Concile Vatican II. Le souhait parfois exprimé qu'il y ait une autorité politique mondiale qui puisse agir de manière contraignante a toujours été relativisé par la crainte d'un tel modèle, qui pourrait aussi être ou devenir extrêmement totalitaire. En revanche, l'ONU en tant qu'autorité mondiale actuelle a ses limites et ses faiblesses connues. Mais il pourrait et devrait devenir beaucoup plus fort dans ses limites. L'Union européenne, en revanche, est un projet beaucoup plus fort pour plus d'unité en Europe et, comme on le sait, elle a été conçue et mise en œuvre par des politiciens catholiques en particulier. A cette époque c'était un projet réaliste qui voulait au départ relier des patries souvent hostiles par une union économique de telle sorte qu'une guerre entre elles ne serait plus possible. Depuis lors, cette union est en marche vers l'avenir dans un grand processus de recherche entre "essais et erreurs" à un rythme quelque peu similaire à la fameuse procession saut d'Echternach, qui aujourd'hui, cependant, ne recule jamais dans sa va-et-vient rythmique Bishop est officiellement là et le sait donc par expérience personnelle.

Les évêques des pays de l'UE ont accompagné le développement de ce projet d'une solidarité critique dans une tentative toujours nouvelle de maintenir ou de rééquilibrer solidarité et critique. La majorité des épiscopats d'Europe, ainsi que le Saint-Siège, sont certains que le projet a une Europe plus commune à travers l'Union européenne, bien que de nombreux sceptiques en doutent et parfois même ne le craignent pas. Le pape François a soulevé la question de l'Europe à plusieurs reprises d'une manière qui a incité les gens à s'asseoir et à prendre note et à remettre en question ou même à surmonter une certaine fatigue et indolence. Ce dernier s'est passé dans la Sala Regia du Vatican lors de la réception du Prix International Aix-la-Chapelle Charlemagne. Le discours du Pape a été une grande impulsion prophétique pour l'inclusion et la construction de ponts contre les fossés, les murs et les clôtures. C'était aussi un baume pour les blessures de ceux qui étaient principalement responsables du Parlement européen, de la Commission européenne et du Conseil européen. L'horizon idéal de ce grand discours du Pape ne doit pas être oublié, si l'on ne veut pas que la vigueur et le dynamisme diminuent drastiquement dans une Europe largement fatiguée à bien des égards, également en ce qui concerne son héritage chrétien. Cependant, ces idéaux doivent toujours être fondés à nouveau sur un idéalisme réaliste.

Cet idéalisme se nourrit surtout d'espérance chrétienne au-delà de toutes difficultés et déceptions. Cette espérance, qui se fonde sur la foi chrétienne, dit à maintes reprises un « néanmoins » dans de telles déceptions. Elle dit à Dieu dans les paroles d'un psaume, que Martin Buber aimait particulièrement et voulait dire pour sa tombe à Jérusalem : « Et pourtant je reste toujours avec toi, tu as mis ta main droite sur moi » (Ps 73). Le philosophe Josef Pieper - comme nous le dit George Weigel, il était particulièrement lié au cardinal Joseph Ratzinger mais aussi au cardinal Karol Wojtyla - ainsi dans un de ses écrits Josef Pieper a fait référence à un poème encore presque inconnu de Konrad Weiß, qui a été écrit en 1940 à Munich Ce poème s'intitule "La fuite en Egypte" et parle de l'enfance de Jésus et est entrelacé de deux vers qui reviennent sans cesse. Pieper appelle cela une image d'une beauté immaculée et d'une validité rayonnante et décrit le poème comme l'un des poèmes allemands les plus parfaits. Les lignes du verset se lisent comme suit : " L'espérance / la rose intrépide est ouverte sans peur. " L'espérance intrépide est également attendue de nous au milieu du monde humain d'aujourd'hui et au milieu de l'Europe, malgré et à cause de tout ce que nous éprouvons difficilement. Faire confiance au courage.

 

Extrait de la conférence du Président Prof. Joseph HH Weiler : À propos de la crise spirituelle en Europe

Le messianisme chrétien et le nomisme juif (respect de la loi) étaient […] les fondements spirituels de l'édifice européen. De ce point de vue, pourtant, l'entreprise était bien sûr vouée à l'échec car son « moteur », sa force motrice, était tout à fait matérialiste. Le cœur du bâtiment était - et est à ce jour - le marché, la compétition et l'idée de développement personnel qui augmenterait indirectement la prospérité de chacun. La tradition judéo-chrétienne en a peut-être été l'inspiration, mais la mise en œuvre a pris le pas sur le matérialisme marchand, qui est devenu le véritable credo de la construction européenne et a enterré tout le reste.

Le moment le plus marquant est survenu lors de la rédaction de la future Constitution pour l'Europe. On sait […] que les auteurs du projet de Constitution européenne ont refusé de se référer explicitement aux racines chrétiennes de l'identité européenne dans le préambule de ce document. Dans mon essai de recherche Une Europe chrétienne, j'ai déjà expliqué que cette décision était une trahison de l'engagement solennel envers le pluralisme exprimé dans ce document et qu'elle était injustifiée d'un point de vue constitutionnel, étant donné qu'environ la moitié de la population européenne vient d'États membres qui ont un Invocatio Dei explicite et/ou une référence au christianisme dans leurs constitutions. Il s'agit d'un atout constitutionnel important de la tradition européenne, prouvant que religion et démocratie, religion et liberté, religion et tolérance peuvent coexister. Il est regrettable que les auteurs de la Constitution européenne aient éliminé cette importante leçon de ce qui était censé être son document fondateur. [...]

Dans son deuxième alinéa, le préambule proposé par l'Assemblée fait une distinction entre le patrimoine culturel, religieux et humaniste de l'Europe : « Puiser dans le patrimoine culturel, religieux et humaniste de l'Europe... ». Fait intéressant, la proposition de préambule du premier paragraphe range les valeurs, en particulier la primauté de la Raison, comme fondement de l'humanisme : « Sachant que le continent européen est porteur de civilisation et que ses habitants, qui l'ont colonisé dans des phases toujours nouvelles depuis l'aube de l'humanité, ont développé au fil des siècles les valeurs qui justifient l'humanisme : égalité des personnes, liberté, primauté de la raison ».

La lecture des deux paragraphes en même temps conduit, je crois, à une conclusion inévitable : aux yeux de leurs auteurs, la « primauté de la raison » appartient à « l'héritage humaniste », mais n'est pas quelque chose que l'on associerait à la religion - et bien sûr, la religion en Europe signifie principalement le christianisme ou au mieux la tradition judéo-chrétienne. L'action laïque européenne ne signifie pas simplement abandonner la religion à la vie privée, où elle est naturellement protégée dans le cadre de notre engagement noble et indispensable en faveur de la liberté de conscience. C'est un bannissement de l'espace public de quelque chose qui ne devrait pas être là - d'un espace public engagé dans la primauté de la raison. Cette décision constitutionnelle est un reflet excellent et honnête de la rive laïque dans l'organisation politique européenne. L'un stipule a priori que la religion sort du cercle de la primauté de la raison, puis la bannit de son espace public et la livre ensuite à la sphère privée - après tout, les individus croient toutes sortes d'absurdités déraisonnables et irrationnelles. Benoît XVI Je ne veux rien de tout cela, comme je le comprends. Il nous rappelle qu'il y a des questions et des problèmes incommensurables relatifs à l'être humain (la conditio humana) - comme la question de son origine et de son but - que le rationalisme scientifique n'aborde tout simplement pas, mais qu'il n'aborde pas devraient être retirés du discipline du discours raisonné. Plus subtilement encore, il semble suggérer que la simple utilisation du mot « religion » ne devrait donner à aucun système de croyances l'imprimatur de légitimité de ce point de vue ; Il fait la déclaration pointue que la tradition catholique dans le christianisme est particulièrement attachée à la discipline de la raison, mais que cela signifie bien sûr aussi dans le même souffle qu'elle est limitée par cela.

[...] Quiconque prend l'épée risque de périr par l'épée. Et quiconque vit sous une prémisse matérialiste risque de périr sous la même prémisse.

Il ne faut pas finir […] avec un message de désespoir. Parce que dans la situation actuelle, il y a aussi la semence pour la régénération. Que vous le vouliez ou non, l'Europe est une communauté de destin. Ce que fait l'un de ses États membres a un impact significatif sur les autres, comme l'a montré la triste histoire du Brexit. La seule question, cependant, est de savoir comment faire face à ce sort? Aucun État ne peut le faire seul. C'est là que réside l'espoir.

 

Dr. Josef Zoehrer

 

Rencontre avec le Pape Em. Benoît XVI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Michael Hofmann

CG_2016_09.JPG