CHRISTIANISME ET MARTYRIUM

Réunion des groupes d'étudiants à la Villa Fatima sur Via Aurelia 2017


Christianisme et martyre
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
rapport

 

 

 

La rencontre des deux groupes d'étudiants de Joseph Ratzinger / Pape Benoît XVI. eu lieu à Rome du 31 août au 3 septembre. Le lieu était la Villa Fatima sur la Via Aurelia. Cette année, le thème était « La persécution des chrétiens et le martyre. » Les chrétiens sont toujours la communauté religieuse la plus persécutée au monde. On pense que 200 millions de chrétiens dans 60 pays sont menacés de mort à cause de leurs croyances - un fait qui est à peine couvert par les médias occidentaux. Il était d'autant plus important d'échanger des expériences avec des chrétiens persécutés lors de la rencontre et d'approfondir la dimension spirituelle et théologique du martyre.

Trois conférenciers ont été invités. L'évêque copte Dr. Kyrillos Guillaume d'Assiout en Egypte, qui avait passé plusieurs années comme assistant de vacances en Allemagne pendant ses études doctorales à Rome, a rapporté de première main la vie des chrétiens dans un pays arabe. De nombreux Égyptiens ne savaient ni lire ni écrire et étaient donc sous l'influence des Imams, qui rejetaient toute autre religion. Ce sont donc plutôt les lettrés qui cherchent le contact avec l'Église et qui deviennent secrètement chrétiens. La cohésion des chrétiens entre eux est particulièrement forte en raison de la menace extérieure, et leur identification à l'Église est forte et résistante.

Le lendemain, l'évêque Dr. Manfred Scheuer von Linz a donné une conférence sur « La persécution et le martyre entre l'idéologie de la mort et le témoignage de la vie ». concept de martyrs » en public : il désigne plus la victime que le témoin. Dans la tradition chrétienne, cependant, le témoignage du Christ, l'amour maintenu dans la foi en lui même dans la souffrance, est le critère décisif du martyr. En plus du « martyre rouge » par le dévouement de sa propre vie, on connaît aussi un « martyre blanc » (par l'ascèse et l'abnégation) et un « martyre vert » (par la proclamation de la foi dans une culture étrangère). La souffrance pour le Christ a plusieurs visages et est toujours un témoignage d'espérance en Dieu qui rend tout vivant. A travers cette dimension pascale du martyre, certains témoins ont mûri face à la mort à une profonde compréhension de la volonté de salut de Dieu, de sorte que leurs lettres d'adieu étaient souvent remplies d'une gaieté et d'une sérénité surprenantes.

Dans l'après-midi, le Prélat Dr. Helmut Moll, membre du groupe d'étudiants et en tant que représentant de la Conférence épiscopale pour le « Martyrologe allemand du XXe siècle » (publié dans la sixième édition en 2015), un expert reconnu sur le sujet de l'histoire ecclésiale et juridique dimension du martyre Il y a trois critères pour reconnaître un martyre : la mort violente d'autrui, la haine de la croyance comme motivation de l'auteur et l'acceptation consciente de la volonté divine par le martyr. Moll a souligné que le troisième critère était également le plus difficile à prouver, c'est pourquoi les processus de canonisation prenaient souvent beaucoup de temps et devaient être menés avec beaucoup de soin jusqu'à ce que les sources pertinentes soient trouvées et vérifiées. Les « martyrs » ne devraient donc être appelés que les bienheureux et les saints réellement canonisés, tandis que tous les autres devraient être appelés « témoins de la foi ». Le pape François a récemment mis en jeu un quatrième critère : la dévotion à la vie, par exemple pour soigner les malades.

Comme toujours, les présentations ont été reprises et se sont poursuivies dans une discussion stimulante. La possibilité d'une journée œcuménique des martyrs a été envisagée et la mémoire des chrétiens persécutés a été soulignée comme une demande de prière constante. Un participant a résumé ainsi l'impulsion de la conférence : « Nous avons besoin des martyrs pour vaincre notre médiocrité.

En plus de l'échange de contenus, l'organisation de futures réunions a également été discutée, et de nouvelles élections au Conseil de fondation et dans le New Student Group ont posé les jalons pour l'avenir en termes de personnel. Au conseil d'administration, le Dr. Josef Zöhrer P. Dr. Stephan Horn et SDS reprendront progressivement les tâches de porte-parole du groupe étudiant. Désormais, le nouveau groupe d'étudiants sera dirigé par le Prof. Dr. Christoph Ohly (1er président), P. Dr. Sven Conrad FSSP (2e président) et le pasteur Dr. Rainer Hangler (trésorier) et a la forme juridique d'une association enregistrée. Nous remercions expressément tous ceux qui ont contribué à la gestion et à l'organisation des groupes d'étudiants jusqu'à présent.

Une petite délégation des groupes scolaires a finalement rendu visite au véritable initiateur, enseignant et parrain de la rencontre, le Pape émérite Benoît XVI, au Monastero Mater Ecclesiae. Il était très intéressé par la conférence et choisira également le sujet pour l'année à venir.

La rencontre s'est terminée par la Sainte Messe le dimanche matin dans la chapelle de la maison de Villa Fatima et a libéré tous les participants afin qu'ils puissent continuer ensemble le thème des journées dans le témoignage de leur propre vie.

Manuel Schlögl   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Michael Hofmann

Rom_2017_05_a_Gruppenbild-.jpg
Soyez dépositaire du talent qui vous est confié
Persécution et martyre entre idéologie de mort et témoignage de vie
Contenu et forme du martyre chrétien aux 20e/21e siècles siècle
Une discussion historico-théologique
Conseil d'administration et conseil d'administration de  
Fondation Josef Ratzinger Pape Benoît XVI