ESPOIR ET MISSION

Symposium à Berlin 2015, 
Fondation Joseph Ratzinger Pape Benoît XVI

Espoir et mission. Les discours de Benoît XVI. à la politique  

 

 

 

 

 

Servir la loi et se défendre contre le règne de l'injustice est et reste la tâche fondamentale de  Politicien. A une heure historique où l'homme a acquis un pouvoir jusque-là inimaginable, cette tâche devient particulièrement urgente. [...] Là où s'applique la seule règle de la raison positiviste - et c'est largement le cas dans notre conscience publique - les sources classiques de connaissance de l'éthos et du droit sont suspendues. Il s'agit d'une situation dramatique qui concerne tous et qui nécessite une discussion publique, à laquelle une invitation urgente est un objectif essentiel de ce discours.

Pape Benoît XVI - Discours au Bundestag allemand le 22 septembre 2011

programme

Mercredi - 25 novembre 2015

Lieu : Palais du Reichstag, en fin d'après-midi

 

 

L'archevêque Dr. Georg Gänswein / Rome

Espoir et responsabilité. Les grands thèmes socio-politiques du Pape Benoît XVI.

 

Deux pierres angulaires de l'œuvre du théologien Joseph Ratzinger et de l'annonce du pape Benoît XVI se concentrent dans les deux termes « espérance » et « responsabilité ». Ils parcourent comme un fil rouge toute sa pensée théologique. Le successeur de Pierre n'a pas hésité à prendre une position importune et opportune sur les grandes questions de société. Profondément ancré dans le message biblique et dans le depositum fidei de l'Église, il répond aux défis de l'homme moderne et aux grandes questions du présent : la menace contre la paix, la solidarité et la justice, la position particulière de la religion comme gardienne et médiatrice d'un système de valeurs qui sait à la fois transcendantalement fondé et attaché à la raison.

 

Matthias Matussek

"L'hostilité prête à bondir". Le pape Benoît et la presse allemande

 

 

Entretien avec Mgr Gänswein

 

 

Jeudi - 26 novembre 2015

Lieu : Maison Asanta, 9h15 (9h30)

 

Matin

Unité 1

Prof. Dr. Berthold Wald / Paderborn

Christianisme, raison séculière et interculturalité. Ce qui rassemble le monde

Un thème récurrent dans les grands discours de Joseph Ratzinger / Benedikt XVI. est la question de savoir comment, compte tenu des différences intra-culturelles et interculturelles, le pouvoir de construction communautaire de la raison séculière et de la foi chrétienne pour une « corrélation polyphonique » des cultures (dialogue avec Jürgen Habermas) peut être regagné et rendu fructueux . Une condition préalable importante au dialogue interculturel et interreligieux est l'ouverture et l'élargissement de la raison au sein de notre propre culture laïque. Cela se produit dans la mesure où la philosophie et la théologie s'ouvrent aux questions humaines fondamentales et donc l'une à l'autre. Cependant, seule une « corrélation de raison et de foi » vivante pour une purification et une guérison mutuelles, qui fait partie de l'héritage commun du christianisme et de la raison occidentale, a le potentiel d'entraîner d'autres cultures et religions dans ce processus d'ouverture et d'élargissement. « La volonté d'écouter les grandes traditions religieuses », c'est-à-dire le courage de la largeur de la raison, est le préalable indispensable à un « vrai dialogue entre les cultures et les religions » (discours de Ratisbonne).

 

Dr. Rocio Daga / Munich-Eichstätt

Histoire et compréhension du droit en islam : catégories de pensée dans l'islam classique et bouleversements dans la modernité

Après avoir différencié les termes « islam » - empire au Moyen Âge - et « islam » - expérience religieuse du peuple - nous analyserons et présenterons les catégories de pensée de l'islam classique. La compréhension du droit, qui inclut une certaine méthodologie, est au cœur de la culture islamique. Cela façonne la façon dont les gens pensent dans la vie de tous les jours. De plus, la compréhension de la révélation et de la loi détermine la conception de l'histoire avec ses conséquences et son but ultime. La question de la foi et de la raison est ici rapprochée de la question de l'identité et de la tradition en Islam. Du point de vue de l'origine et du développement du système de pensée classique en Islam, nous traiterons le rôle de Mahomet dans l'Islam selon la compréhension sunnite ainsi que les concepts de jihad et le statut des non-musulmans. Les conséquences des bouleversements des temps modernes et leurs problèmes par rapport au système de pensée susmentionné sont présentés.

 

 

Unité 2

Prof. Dr. Martin Rhonheimer / Rome-Vienne

Droit et politique : l'examen par Benoît de la démocratie et du positivisme juridique

 

Dans son discours au Bundestag, Benoît XVI. le point de vue selon lequel la prise de décision démocratique ne peut pas en fin de compte déterminer ce qui est bien et ce qui est mal. Indépendamment de cela, les politiciens aussi doivent toujours se poser la question : « Comment savons-nous ce qui est bien ? » Le critère du bien et du mal est la loi naturelle. Benoît ne veut pas renouveler l'ancienne vision de l'Église, qui soumet la légitimité des décisions démocratiques majoritaires à leur accord avec la loi naturelle - interprétée par l'Église - et relativise ainsi l'autonomie politique des processus démocratiques. Son point de vue est mieux compris comme une position éthique juridique, qui, selon la loi naturelle, n'est pas une loi valide, mais est une norme éthique juridique pour le bien et le mal. Cela ne remet pas en cause l'autonomie procédurale des processus démocratiques ; mais ainsi le droit valide, issu de la majorité, peut être critiqué comme une injustice matérielle au nom de l'éthique juridique et - au nom du droit - son amendement peut être exigé. Dans son examen de la « dictature du relativisme » diagnostiquée par lui et du positivisme de droite de Hans Kelsen, Benoît fait appel au « langage de la nature ». Cela conduit à la contre-question : quels sont les critères pour une écoute correcte de cette langue ? Et qu'est-ce qui rend le « langage de la nature » moralement contraignant ? S'agit-il, comme le note Benoît en accord avec Kelsen, de l'existence d'un divin créateur de la nature, ce que Kelsen nie actuellement ? Sur ce point, l'argumentation de Benoît semble correcte en termes de métaphysique de la création, mais insuffisante en termes d'éthique juridique. Avec le recours à la tradition chrétienne du droit naturel, une perspective supplémentaire doit donc être montrée.

 

Prof. Dr. Nadja El Beheiri, Budapest

Les traditions juridiques de l'Europe et le droit naturel

De mon point de vue, le discours du Pape au Bundestag allemand peut être compris comme une sorte de résumé de ses enseignements socio-politiques. Dans la formulation « Fondements de l'État libre de droit » au début du discours, on peut entendre la tentative de concilier les deux grandes traditions de l'Europe. D'une part, c'est la tradition classique de l'antiquité préchrétienne et de l'antiquité chrétienne, et d'autre part, celle des Lumières, qui a finalement conduit au développement de l'État constitutionnel moderne. Deuxièmement, il s'agit d'établir un concept de loi naturelle qui se prête aussi au dialogue avec les non-croyants. Dans le cadre de la discussion sur la loi naturelle, la relation entre la nature et la raison est décisive. S'agissant d'une définition, le Pape renvoie à l'origine de la culture juridique européenne dans la rencontre entre la philosophie stoïcienne et le droit romain. Il me semble que le fait même pour Benoît XVI. Ce qui était important, c'était qu'il s'agissait d'un développement pré-chrétien que les premiers penseurs chrétiens ont suivi. Le Pape se réfère aux travaux de l'historien du droit de Salzbourg Wolfgang Waldstein. Waldstein, pour sa part, a acquis ses connaissances en collaboration avec les plus importants chercheurs en droit romain de l'espace germanophone. Il est crucial que le travail des juristes romains n'ait pas tant été caractérisé par des considérations philosophiques systématiques, mais plutôt par des solutions de cas requises dans la pratique. La notion de loi naturelle n'est pas exclusivement consignée sous le terme de ius naturale (pour Ulpien au sens de loi naturelle propre à tous les êtres vivants), mais aussi via d'autres expressions telles que aequitas, fides, iustitia, etc. Em. Pope est également aux prises avec Hans Kelsen. À mon avis, cette discussion a deux axes. Tout d'abord, il y a le rejet d'une compréhension purement positiviste de la nature. D'autre part, Kelsen représente également la négation d'une vérité objective et le rejet constant de l'existence d'un dieu créateur. C'est précisément sur ces deux positions que le Pape appelle au dialogue.  

En début d'après-midi

Unité 3

Prof. Dr. Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, Heiligenkreuz

Avec nature et raison : questions fondamentales sur la théorie du genre

Dans le discours de Berlin de 2011, le pape Benoît XVI a fait référence, comme si souvent, à la nature et à la raison comme les deux sources d'une loi qui se situe au-dessus d'un ordre positiviste. Un droit ainsi compris doit donc dévoiler des questions anthropologiques fondamentales et ouvrir des voies à une large approbation. L'une des questions anthropologiques les plus pressantes est posée par la théorie du genre depuis environ 25 ans : est-il sensé de faire la différence entre les hommes et les femmes ? Au terme d'un développement historique, sommes-nous arrivés au point où cette distinction doit être remplacée et seul ce qui est humain commun doit être souligné ? Ne reste-t-il que des personnes neutres ? Les ordres subalternes et supérieurs connus transmis par le genre ne peuvent-ils finalement pas disparaître ? Des formes auparavant marginales de pratique du genre en faveur de la diversité sexuelle sont-elles aussi socialement et légalement admissibles ? Les hommes et les femmes peuvent-ils s'établir dans la « liberté » de leur propre choix à travers une « identité fluide » ? Jusqu'à présent, notre culture s'est appuyée sur l'illumination par la raison. Mais la raison (avec la nature) suffit-elle dans une discussion aussi passionnée ? Le christianisme a-t-il une solution au-delà des autres solutions ? Les modes de pensée de Benoît XVI. semblent toujours utiles pour combiner ce qui a fait ses preuves et ce qui est nouveau de manière significative dans l'assaut de telles questions.

 

Prof. Dr. Harald Seubert, Bâle

Écologie de l'être humain. Le brouillon jeté

Ma contribution sonde le de Benoît XVI. décrit « l'écologie humaine ». Il s'agit de la question de l'homme en tant qu'être du monde et du concept mondial d'être humain, que j'essaie - avec Heidegger - d'apporter au concept du « design jeté ». À la suite de la conférence de Gerl-Falkovitz, il sera demandé si les constructivismes actuels sont capables de faire face à cette dimension et comment le kérygme chrétien et la raison ainsi que la loi naturelle se rapportent les uns aux autres par rapport à cette focalisation. Le terme « écologie humaine » peut être un moyen approprié de mettre à sa place le commun « Eritis sicut Deus ». Elle permet aussi d'appréhender l'homme dans une ontologie qui est d'une part toute philosophique, mais d'autre part dépasse encore une fois les concepts de la raison à la manière chrétienne. D'un point de vue véridique, œcuménique et philosophique, la conférence est un potentiel inexploité dans la pensée de Benoît XVI. chercher à accentuer.

 

16h

Célébration eucharistique à la fin avec Mgr Dr. Georg Gänswein

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref rapport

Dans le cadre de la conférence : "Espérance et mission. Les discours de Benoît XVI sur la politique", organisée par la Fondation Joseph Ratzinger Pape Benoît XVI à Berlin, a été organisée par le préfet de la Maison papale, l'archevêque Dr. Gänswein a donné la conférence principale. Après l'ouverture par le vice-président du Bundestag allemand, Johannes Singhammer, et un accueil chaleureux par le président du groupe parlementaire CDU/CSU, Volker Kauder, l'invité s'est consacré au thème de la conférence : « Espoir et responsabilité. -questions politiques du Pape Benoît XVI."

Dans la grande salle de réception du Reichstag, le secrétaire personnel du Pape émérite s'est exprimé sur quelques sujets importants de l'encyclique "Caritas in vertitate". Ce faisant, il réussit à faire découvrir la pensée politique de Joseph Ratzinger à un haut niveau académique au grand nombre de députés et à la pléthore d'invités réunis.

Photos : Michael Hofmann

Les actes de la conférence :

 

Stephan Otto Horn, Wolfram Schmidt (Eds.) Avec une préface de Johannes Singhammer

Espoir et mission

Les discours de Benoît XVI. à la politique
Année de parution 2017
ISBN : 978-3-451-37811-9
Maison d'édition Herder

Le sens des discours politiques du Pape Benoît XVI.
Pape Benoît XVI n'a pas seulement commenté des questions politiquement et socialement importantes dans son discours au Bundestag allemand. Les contributions clarifient et discutent ses positions sur les sujets
- Christianisme et interculturalité,
- conversation avec l'Islam,
- la valeur de la démocratie,
- Attitude au positivisme juridique et au droit naturel,
- théorie du genre.
Le volume montre comment le travail du pape em. maintenu présent et peut être compris dans son sens comme un mandat pour façonner le monde.
Avec des contributions de Rocio Daga-Portillo, Nadja El Beheiri, Georg Gänswein, Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, Martin Rhonheimer, Harald Seubert, Berthold Wald

 

Berling_2015_06.JPG